Investir en bourse peut faire fructifier son argent. Mais les marchés sont volatiles et placer son argent en actions n’est pas sans risque. Les valeurs échangées y sont nombreuses, et il n’est pas facile de savoir où investir, comment constituer son portefeuille d’actions, quand acheter et vendre ses parts. Notre sélection du type d’actions en bourse à acheter quand on est débutant.

Trader débutant : comment bien se lancer en bourse ?

5 types d'actions en bourse à achteter quand on est débutant

Il existe plusieurs places de bourse : le marché français et des marchés étrangers, qui sont tous accessibles aux néo-traders. Il faut donc en premier lieu choisir les devises que l’on souhaite échanger.

Il s’agit ensuite de s’intéresser aux entreprises cotées en bourse, à leur actualité, pour essayer de prévoir l’évolution de leur cotation en bourse. Certaines communications boostent le niveau des actions, tandis que d’autres au contraire peuvent rendre les actionnaires frileux et faire chuter le cours de l’action.

Suivre des indicateurs avant de se lancer est aussi important. S’ils ne donnent pas de certitude pour l’avenir, cela permet de connaître les prix auxquels l’action s’est vendue par le passé, et, surtout, son évolution.

Aussi, il faut savoir gérer son stress face aux fluctuations des marchés. Et se rappeler que tant qu’une action n’est pas vendue, rien n’est perdu ni gagné.

Acheter des actions pas chères pour débuter en bourse

L’incertitude qui entoure la progression du cours de l’action peut faire peur. Choisir des actions pas chères est souvent rassurant lorsqu’on débute. Le faible budget requis pour l’acquisition d’actions boursières pas chères permet de limiter les pertes en cas de chute de la valeur liquidative.

C’est aussi une solution pour se faire la main, apprendre les fonctionnements des marchés, les principales opérations qui s’y passent, lire les cotations…

Pour trouver et choisir des actions pas chères, il est préférable de passer ses ordres d’achat en direct sur la place de bourse choisie.

En 2021, des titres français comme Air France, TF1 ou même EDF, ont démarré l’année avec des cours bas, en faisant des actions pas chères mais à potentiel.

Parier sur les CFD

Les CFD, Contrat For Difference, sont destinés à du trading de court terme. Il s’agit de spéculer sur l’évolution de la cotation d’un titre, sans acheter l’action. La variation s’entend le plus souvent à la journée, entre le cours à l’ouverture et à le cours à la clôture du marché.

L’opération est risquée mais peut générer d’importants revenus. D’autant que les brokers dotent souvent leurs CFD d’un effet de levier, qui vient décupler les gains potentiels.

Pour du CFD Trading, il est préférable de miser sur des entreprises de renoms, très suivies et banckables.

À l’image de l’action Facebook, dont la cotation suit une courbe exponentielle et pour laquelle les perspectives restent belles. Notamment, en 2021, le CFD Facebook est boosté par les retombées de l’engouement du réseau social et de ses filiales (instagram, marketplace) pendant la crise du Covid-19.

D’autres perspectives intéressantes pour les traders débutants : le CFD Netflix, Orange, Apple, Amazon… Autrement dit, les génats et leaders de leurs secteurs.

Des fonds d’investissement pour un portefeuille d’actions diversifié

5 types d'actions en bourse à achteter quand on est débutant

Investir dans plusieurs types d’actions est toujours préférable. Plus un portefeuille d’actions est diversifié, plus le risque est lissé. À investissement égal, mieux vaut répartir son argent auprès d’entreprises différentes, de secteurs d’activité différents… plutôt que d’acheter un nombre conséquent d’actions identiques, aussi prometteuses soient-elles.

Opter pour un fonds d’investissement permet d’acheter plusieurs actions diversifiées en une seule opération, pour obtenir facilement un rendement tout en limitant les risques.

Les OPCVM

Les OPCVM sont des bouquets de valeurs mobilières. Ils sont partagés entre plusieurs détenteurs, qui en achètent des actions ou des parts. Deux types d’OPCVM se distinguent : les SICAV et les FCP.

Les SICAV

Investir dans une SICAV revient à entrer au capital d’une Société d’Investissement à Capital Variable. Il s’agit d’en devenir actionnaire, au même titre que d’autres investisseurs.

Si cela ouvre la possibilité de siéger en Conseil d’administration, la SICAV ne demande pas un investissement personnel conséquent puisque la gestion de la société est déléguée à un professionnel. Et la SICAV ne nécessite pas non plus un gros investissement financier. Elle peut donc satisfaire aux besoins et aux envies d’un débutant boursicoteur.

Le risque porté par les valeurs mobilières achetées ainsi est supporté par l’ensemble des actionnaires de la SICAV. Partagé, il est moins lourd.

Évidemment, les bénéfices dégagés sont eux-aussi divisés, à hauteur des parts détenues par chacun.

À noter que les frais de gestion sont élevés, et que les revenus perçus sont imposables.

Il existe plusieurs types de SICAV, pour tous les profils d’investisseurs : les SICAV en actions, les SICAV en obligations, les SICAV monétaires, les SICAV à gestion alternative, les SICAV à formule.

Les FCP

Comme la SICAV, le FCP (Fonds Commun de Placement), concerne plusieurs co-investisseurs. À la différence près qu’avec le FCP, l’investisseur n’acquiert pas le statut d’actionnaire, mais d’associé. Il n’y a donc pas de prise de décisions, celles-ci restent exclusivement du ressort de la société de gestion du FCP.

Il existe plusieurs types de FCP : les FCP en actions, les FCP en obligations, les FCP monétaires, les FCP profilés, les FCP à formule, des FCP spéciaux : FCPR, FIP, FCPI.

La valeur de la part du FCP est calculée deux fois par mois minimum. Pour certains, la valeur peut être connue au jour le jour, ou à la semaine. Il est donc facile de suivre son portefeuille boursier en FCP et de trouver l’opportunité de vendre ses actions au bon moment.

Les FCP s’accompagnent de frais d’entrée, de sortie, de frais de gestion, de commissions. Les revenus encaissés sont soumis à la même imposition que les SICAV.

Les ETF

Les ETF, ou Exchange Traded Fund, sont des trackers. Ils se calquent sur l’un des indices boursiers les plus courus, tels que le Dow Jones, le CAC 40 ou encore le Nasdaq. C’est-à-dire qu’ils simulent l’évolution des cours d’un bouquet d’actions, et délivrent une rémunération identique.

Ils ont l’avantage d’avoir des frais de transaction réduits par rapport à l’achat des mêmes actions en direct sur les marchés. Cette minoration des frais annexes optimise aussi le rendement par rapport à une SICAV ou un FCP.

Les ETF s’apprécient par zone géographique : USA, Europe, Inde, Asie, International… Mais aussi par secteur d’activité : eau, cryptomonnaies, énergies…

En 2021, le comportement sur les marchés des ETF Lyxor, des ETF Amundi et des ETF iShare sont salués.

Pour se lancer en bourse quand on est débutant, plusieurs solutions sont envisageables. Assurance-vie, PEA, ou compte titres ordinaire, achat d’actions en direct ou via des fonds d’investissement, spéculation via un CFD, tout dépend de son profil d’investisseur. Quel que soit le temps et l’argent investi, le meilleur conseil, pour un débutant comme pour boursicoteur expérimenté, est de veiller à bien diversifier son portefeuille d’actions.